En évaluation, notre jugement est influencé par la perception de notre rôle d’évaluateur

Dans un article publié en 2018 dans la revue Pédagogie collégiale, Chaumont et Leroux abordent la notion de jugement en évaluation en soulignant les influences qui teintent l’incontournable subjectivité. Bien que nous tentions le plus possible d’être objectif en basant nos observations et nos évaluations sur des faits, il est impossible d’éliminer complètement la subjectivité en évaluation. La portion subjective de l’évaluation est influencée par la perception de l’évaluateur face à son rôle dans le processus d’évaluation. On nomme cette perception « la posture de l’évaluateur ».

Voici un tableau tiré de l’article qui résume les quatre postures de l’évaluateur retenues par les auteures :

Certains évaluateurs ont une posture prédominante, d’autres préfèrent utiliser une combinaison de postures en fonction des besoins et du contexte qui peuvent se transformer au besoin.  

Pour mieux illustrer les quatre postures de l’évaluateur et leurs effets sur la relation et le niveau d’implication du stagiaire dans ses apprentissages, voici une figure tirée de l’article :

Si on transpose ces postures en supervision de stage, on peut extrapoler qu’en général en début de stage, les superviseurs sont poussés à adopter les postures de contrôleur et/ou de pisteur-talonneur. Cependant, plus tard dans le déroulement du stage, la posture du superviseur peut se transformer vers celle d’un conseiller ou d’un consultant, en fonction des apprentissages du stagiaire, de la relation de confiance avec son superviseur et du niveau de confiance en soi du stagiaire.

Il est important de se souvenir qu’en fonction de la posture d’évaluateur que nous choisissons, nous sommes à risque d’introduire certaines formes de biais ou d’erreur dans nos évaluations.  

N’hésitez pas à lire cet article : les notions théoriques qui s’y trouvent se transposent bien à la supervision de stage et suscitent la réflexion.

Francis Brière

Référence

Chaumont M. et Leroux J. L. (2018). Le jugement évaluatif : subjectivité, biais cognitifs et postures du professeur.Pédagogie collégiale réflexion pédagogique, 31(3): 27-33.

Vous désirez lire cet article au complet? 
Vous pouvez l’obtenir par courriel en nous écrivant en demandant l’article numéro 10.